Xem Nun

1/1

 

XEN NUM une création de Camel Zekri

avec l’ensemble des Ongo-Brotto de Bambari (trompes de Centrafrique)

et de  Dominique Chevaucher (vidéo)

 

 

Aux origines de Xem Nun

C'est par le festival de l'eau que Xem Nun a pu se créer. En 2001, lors de sa troisième édition, Camel Zekri rencontre l’ensemble de trompes Ongo-Brotto de Bambari. Cinq ans plus tard, de retour en Centrafrique pour une résidence, Camel Zekri et Dominique Chevaucher, nourris de dix années d’expérience et de recherche musicale, interrogent à nouveau la rencontre, au carrefour des musiques européennes et africaines.

 

La composition musicale

Les trompes de Centrafrique sont fabriquées à partir de racines d’arbres évidées par les termites. Elles ont la particularité d’émettre chacune une note unique. L’ensemble de trompes Ongo-Brotto composé de six musiciens constitue ainsi une gamme de six notes. Musicalement, le projet consiste à accorder les cordes de la guitare de Camel Zekri sur les fondamentaux des notes des trompes. Favorisant l’improvisation cette forme musicale explore les utilisations possibles des trompes pour créer des jeux de souffles en hoquet traités en électro-acoustique en direct. Par ailleurs, le son est augmenté d’enregistrements réalisés à Bangui (rues, marchés, forêt, fleuve, etc.) et d’images en lien avec les compositions, en particulier sur le thème de l’eau. De même que le son est quelquefois traité, les images, elle aussi, subissent des effets directement liés au son, les trompes étant chacune reliée à certains effets transformant ainsi l’image en direct.

Par ailleurs le projet Xem Nun développe un environnement sonore à partir de sons urbains enregistrés à Bangui (rues, marchés, etc.) et de sons de nature enregistrés dans la forêt, sur le fleuve ou dans les marais (arbres, animaux, eaux, nuits, etc.). C’est sur cette base électro-acoustique préenregistrée, liée à un dispositif de diffusion englobant la salle, que se superposent les matières sonores : jeu de guitare, électronique, trompes, trompes modifiées…Le concert est imaginé dans un environnement d’images projetées sur écran vidéo.

 

Xem Nun et l'image filmée

Le projet vidéo de Xem Nun se veut avant tout un voyage à l’intérieur duquel l’image entre relation avec la musique.

La « captation » vidéo devient cette capture d'un sensible incarnée, la vidéo est ce support idéal, léger et familier, qui enregistre des corps, des mouvements et des espaces dans un présent qui nous donnent les matières sonores. En effet, chaque composition musicale est reliée à une séquence vidéo ou à des photos bâties autour d’un thème principal : l’eau (chutes d’eau, rivière), les rues et les marchés de Bangui, les musiciens en pleine action musicale. De même que dans les compositions de Xem Nun où le son est quelquefois traité, les images elles aussi subissent des effets directement liés au son, les trompes étant chacune reliée à certains effets transformant l'image en direct. Ainsi, durant le spectacle, certaines séquences ont des effets et d’autres pas. Il s'agit pour chaque représentation d'une création quasi in vivo d'un monde sensible d'images de, en résonances avec les sonorités créées.

 

L'ensemble de trompes Ongo-Brotto de Bambari

Dans la région de Bambari, les Linda représentent un des rameaux essentiels des Banda, ethnie la plus importante de Centrafrique. Leurs instruments de prédilection sont des trompes faites à partir de racines évidées par les termites. Longues de vingt centimètres à deux mètres, elles sont accordées lors de leur fabrication selon l'échelle pentatonique et groupées par familles de cinq instruments (registres aigu, médium haut, médium grave, grave). Chaque trompe n'émet qu'une seule note, le combiné de ces notes créant une polyrythmie complexe basée sur le principe du hoquet.

Les Banda Linda donnent des concerts de trompes tonitruants dont la fonction, à l’origine, était un dialogue avec la mort : les musiciens faisaient trembler le sol par les sons qu’ils émettaient et recevaient une réponse des ancêtres couchés sous la terre. Aujourd’hui la fonction a un peu changé. Cependant s’ils peuvent jouer au moment des fêtes nationales, ou de la visite d’un hôte étranger, ils demeurent conscients que cette musique s’adresse à ceux qui sont sous la terre, et l’apprentissage du jeu de trompe et du répertoire se fait toujours et exclusivement pendant la retraite initiatique des jeunes garçons.

 

TOURNEES

 

2006

Résidence à Bangui (Centrafrique) du 7 au 22 janvier 2006

Résidence Besançon du 1er au 8 octobre 2006

Création 1er festival Musiques de Rues Besançon le 7 octobre 2006

Résidence 61 Jazz (scène nationale d’Alençon, Les Trottoirs Mouillés) du 9 au 20 octobre 2006

Concert Radio France (diffusion France Musique) le 22 octobre 2006

 

Printemps 2007

Résidence 61 Jazz (scène nationale d’Alençon, Les Trottoirs Mouillés) du 22 au 26 avril 2007

Europa Jazz Festival avec 61 jazz à la SN 61 Alençon le 27 avril 2007

Le Cap Aulnay sous Bois le 28 avril 2007

CCF d’Alger le 5 mai 2007

Athénor à Nantes : Ateliers avec Cefedem les 9 et 10 mai 2007

                            Concert en plein air le 11 mai 2007

Musique action à Vandoeuvre lès Nancy le 15 mai 2007

 | lesartsimprovisés@orange.fr  |  +33 (0) 2 33 35 78 94

© 2018 camelzekri.com

Webmaster & rédacteurs : Camel ZEKRI 

Conception : Ali CHERRI